Nous Contacter

SAEM DU PARC SCIENTIFIQUE DE LA HAUTE BORNE

Park Plaza II - HuB innovation
11-A avenue de l'Harmonie,
59650 Villeneuve d'Ascq

Tél. : 03 28 76 99 00 - Fax : 03 20 34 93 60

Accueil Le parc Les aménagements

Les aménagements

Le parti d’aménagement du Parc Scientifique de la Haute Borne à Villeneuve d’Ascq et Sainghin-en-Mélantois repose sur une approche environnementale de l’aménagement et la recherche d’un développement à faible impact, que l’on retrouve dans les principes de la Haute Qualité Environnementale. (Télécharger : notice environnementale.pdf)

PSHB

Les principaux enjeux pris en compte sont les suivants :

Gérer la collecte des eaux pluviales en respectant le plus possible le fonctionnement hydraulique du site avant son aménagement (exploitation agricole de champs ouverts)
Réduire les surfaces imperméabilisées du bâti et des infrastructures.
Offrir  des espaces publics généreux et réduire les espaces privés inutiles.
Créer un aménagement ouvert sur son environnement.
Accueillir les circulations douces et prévoir la desserte par les transports en commun.
Maintenir des espaces disponibles pour s’adapter aux évolutions du programme.
Maintenir une activité agricole sur le site.
Réduire les consommations énergétiques.

1 - La gestion des eaux pluviales sur le site

Le parti d’aménagement s’est appuyé sur une analyse fine de la topographie, des bassins versants et de la gestion agricole du site. Ainsi nous avons proposé un réseau hydrographique de surface respectant les grandes directions du parcellaire agricole pour organiser le terrain. Un réseau de noues, d’espaces plantés et de bassins créent ainsi une trame « verte et bleue » qui répond aux objectifs de recueil des eaux de ruissellement et qui permet également de créer une ossature paysagère qui structure le paysage. Ce réseau d’espaces plantés sert de parc offrant au public un maillage de promenades et de continuités végétales.

Les noues plantées récoltent directement les eaux de ruissellement des voiries : des retenues disposées tout au long de leur parcours permettent de stocker l’eau en offrant un volume de rétention appréciable bien que sur de très faibles profondeurs. De plus, les végétaux plantés dans ces noues et ces bassins participent à la filtration et à l’épuration de l’eau grâce à une bonne oxygénation qui favorise l’activité des bactéries vivant au contact des racines de ces plantes des milieux humides. Les végétaux, et principalement les nombreux arbres qui accompagnent ces noues plantées permettent une importante évapotranspiration. Nous pouvons ainsi restituer au milieu naturel une eau de bonne qualité.

Aux points les plus bas du site, les eaux pluviales sont retenues dans des grands bassins en eaux plantés partiellement en roselière et participant à la qualité paysagère d’ensemble du site : un grand bassin tout en longueur se cale sur un quai - promenade qui fait une agréable transition entre le quartier d’habitations et le parc technologique. Une grande pâture, en contrebas du sol naturel, qui est un bassin sec pour le stockage des eaux de pluies en cas d’événement pluvieux exceptionnel, sert également de grande plaine de jeux intégrée au parc.

Ce mode de gestion des eaux pluviales sur les espaces publics est étendu réglementairement à l’ensemble des parcelles privatives selon les mêmes modalités : il y a ainsi une cohérence d’ensemble et une unité paysagère globale qui se fait par ce dispositif. Le réseau des noues privatives est relié aux noues publiques pour créer un réseau hydraulique de surface qui couvre tout le site.

alt  

 

La production d’eau  de ruissellement est également limitée en réduisant les emprises construites, en limitant la largeur des chaussées à leur minimum utile ce qui a comme effet secondaire une réduction de la vitesse des véhicules  et en ayant recours aux revêtements poreux ou perméables.

L’eau est ainsi mise en scène partout dans le site et sa visibilité permet de faire prendre conscience de sa valeur.

Ce parti pris écologique pour la gestion des eaux pluviales est un des atouts majeurs de cette ZAC qui lui confère une forte identité.

 

 

2 - L’aménagement paysager

20 hectares sont dédiés aux espaces verts au travers des aménagements de voirie ou de la création de parcs.

Les parcs s'organisent autour d'allées en stabilisé, revêtement provenant de la région boulonnaise, véritables colonnes vertébrales de l'aménagement.

Les cheminements sont ponctués tout au long du parcours d'essences d'arbres très variées ou d'évènement comme la constitution d'un verger avec des essences locales dans le secteur Habitat. Les fruitiers proviennent d'une pépinière locale.

Les haies « champêtres » longeant les percées agricoles sont les plus intéressantes sur le plan environnemental et ont diverses fonctions :

Maîtriser le ruissellement pluvial et la conservation des sols. Elles favorisent l'infiltration de l'eau grâce à leurs racines, et l'évapo-transpiration grâce à leur feuillage. Les haies contribuent à diminuer et freiner les ruissellements. Elles protègent également les sols contre l'érosion.

Brise-vent : les haies protègent contre les bourrasques.

Confinement des pollutions : les haies captent et contribuent à dégrader les polluants véhiculés par les eaux de ruissellement.

Sauvegarde de la biodiversité : les haies constituent d'indispensables refuges pour de nombreuses espèces animales et végétales.

Protection de la faune : perdrix, lièvre, pigeon et autres espèces, recherchent gîte et nourriture dans les haies.

Amélioration du cadre de vie : les haies champêtres ont une incontestable qualité paysagère. Elles permettent de filtrer et de cadrer les vues sur les bâtiments.

  avenue Halley  

Au total, 1735 arbres à hautes tiges ont été plantés à ce jour sur les secteurs habitat et activité ainsi que 2195 baliveaux.

Après la création des espaces verts, la SAEM s'oriente vers une gestion différenciée.

Ce type de gestion entraîne un paysage diversifié de qualité et une augmentation de la biodiversité.

En adoptant le principe de la gestion différenciée, on laisse s'exprimer davantage la végétation et on recrée, à certains endroits, des habitats différents (haie champêtre, prairie basse humide, surface de jeux, verger, etc.) auxquels est associée une faune particulière.

A d'autres endroits, on est plus attentif à la sécurité avec des entretiens soignés.

De plus, ce type de pratique permet une économie à la fois sur le temps de travail et une économie financière.

 

3 - Accueillir les circulations douces et prévoir la desserte par les transports en commun

Réalisation d’une zone 30 globale sur le secteur habitat et activité

Les voies de la SAEM sont pourvues de trottoirs et de pistes cyclables permettant une séparation des circulations piétonnes, cyclistes et automobiles fournissant une sécurité plus accrue aux usagers du parc

Les matériaux de voiries, pistes cyclables, et piétonniers sont en matériaux recyclés. Le traitement d’une partie de la couche de forme des voies a été réalisé avec un traitement hydraulique ne nécessitant ni l’apport de matériaux extérieurs ni la mise en décharge des déblais.

 

4 - Maintenir une activité agricole sur le site

La volonté a été de créer une mixité entre les programmes immobiliers et les espaces agricoles. Les surfaces agricoles représentent 40 ha sur les 140 ha que compte la Haute Borne.
D’autre part, les terrains non commercialisés à ce jour sont aussi provisoirement laissés en surfaces agricoles.Ces terrains sont exploités par les agriculteurs initiaux de la Haute Borne.

champs

 

5 - Réduire les consommations énergétiques

L’ensemble des éclairages publics réalisé sur la Haute Borne est prévu avec des variations de tension  permettant de réduire les consommations énergétiques sans diminuer fortement l’éclairement des voies.
Le type d’éclairage est direct sur la voirie et aucune lanterne à dispersion de lumière vers le ciel n’est utilisée. 

Depuis juin 2009, 5 lanternes à LEDS éclairent un piétonnier. Ces dernières ne consomment chacune que 18 W avec un flux lumineux respentant la norme d'éclairage.
Début octobre, une amorce de voirie sera équipé de ce même matériel à led tant pour le piétonnier que pour la voirie d'éclairage à led 18 W et 32 W.

 6 - Promouvoir une construction de bâtiments à consommation énergétique réduite

La SAEM ainsi que les promoteurs s’engagent dans une démarche environnementale.

Espaces verts riches de plantations d’essences régionales, gestion des eaux pluviales par leur récupération dans des noues ou par du lagunage, gestion des énergies.

La volonté de la SAEM est d’engager ses promoteurs vers des constructions à énergie passive.

ERE PARK est un programme de 3 bâtiments d’environ 6000 m² chacun est en cours de construction. Ce bâtiment reprend l’ensemble des cibles de la HQE en performant ou très performant.

La crèche de la Haute Borne d’une surface de 400m² devrait consommer 44000W/h, or elle n’en utilise que 1200, ce qui équivaut à un petit radiateur électrique. Avec ses murs paille, le bâtiment conserve une température de 21°C toute l’année. Et ça marche « On est submergés. Il y a quatre ans, on passait pour des illuminés. Aujourd’hui on passe pour des experts ! »

Sur d’autres bâtiments, comme chez OSYRIS une toiture végétalisée a été réalisée ; récupération des eaux de pluies chez PARK PLAZA 1 et 2 ; panneaux photovoltaïques chez GESWAY "permettant d'économiser 20 tonnes de CO2 dans les 20 prochaines années"